Nos conseils pour prévenir les maladies d'élevage

Publié le 5 juin 2024

Nos conseils pour prévenir les maladies d'élevage

Le phénomène du gros jabot est un état anormal chez les volailles où le jabot est grossièrement distendu et contient des aliments et des liquides, souvent avec une odeur nauséabonde due à la fermentation. Lorsque les poulettes sont élevées au sol, on trouve souvent de la litière dans le jabot. Dans les cas graves, la paroi du jabot peut être ulcérée.

Les dindes sont plus sensibles au jabot pendulaire, mais les poulets de chair et les poules pondeuses peuvent également être touchés, bien que l'incidence soit normalement faible. Chez les poules pondeuses, on l'observe plus fréquemment chez les poulettes en phase d'élevage, parfois dès leur plus jeune âge, mais il s'agit en général d'une observation sporadique chez quelques individus.

La cause du problème n'est pas bien comprise, mais certaines pratiques de gestion et certains facteurs nutritionnels et sanitaires semblent être liés à son incidence.

Rôle du jabot

Le jabot est un diverticule à paroi fine de l'œsophage situé à droite de la trachée, à l'entrée du thorax. Le jabot est soutenu par deux muscles qui aident au processus de vidange. La fonction principale du jabot est de stocker les aliments et de les mélanger avec de l'eau pour les ramollir.

Après l'ingestion d'aliments, le jabot se distend naturellement et se remplit. À mesure que les aliments contenus dans le gésier sont transférés dans l'intestin, le jabot se contracte pour vider son contenu dans l'œsophage et fournir davantage d'aliments au proventricule et au gésier. L'importance du jabot dans la digestion du régime alimentaire dépend du temps que l'aliment y passe : une rétention plus longue contribue à abaisser le pH en augmentant la fermentation, ce qui a un impact positif sur l'activité des enzymes (exogènes et endogènes).

Le jabot joue également un rôle de première défense contre les pathogènes de la volaille, en raison de la présence de lactobacilles, d'acide lactique et d'autres acides gras volatils, produits au cours du processus de fermentation, ce qui abaisse le pH du jabot.

Lors de l'examen d'un poulet, un jabot normal doit être gonflé et légèrement ferme après avoir mangé, même les particules d'aliments grossiers peuvent être senties à la palpation. Si le jabot est trop dur ou visiblement trop distendu et mou, cela signifie que son contenu ne se vide pas régulièrement et que le jabot ne fonctionne pas normalement. Les volailles affectées continuent à manger et le passage normal des aliments étant altéré, les nutriments ne sont pas correctement absorbés, les oiseaux perdent du poids, deviennent progressivement émaciés et peuvent mourir.

Étiologie

Bien que la cause exacte ne soit pas bien connue, plusieurs facteurs contribuent à l'apparition de cette affection dans les troupeaux de volailles :

  • La gestion : Toute pratique de gestion conduisant à une consommation excessive d'aliments et/ou d'eau en peu de temps (frénésie alimentaire) peut entraîner l'étirement et l'endommagement des tissus du jabot qui finira par perdre sa capacité à se contracter et à se vider :
  • La nutrition
  • Les maladies

Traitements et préventions

Le contrôle du phénomène de gros jabot doit être basé principalement sur la prévention, car il n'existe pas de traitement efficace clair.

  • Contrôle de la structure de l'alimentation : utilisation d'un aliment sous forme de farine grossière qui favorise le fonctionnement normal du jabot et du gésier et qui empêche la surconsommation de matières indigestes.
  • Gestion appropriée des techniques d'alimentation : les repas et le vide des mangeoires une fois par jour contribuent au développement harmonieux du système digestif, à condition que la période de vidange des mangeoires ne soit pas trop longue.
  • Vérification de la composition des aliments : s'assurer qu'ils correspondent aux recommandations pour l'âge des volailles et qu'ils ne contiennent pas de matières premières inadaptées.
  • Utilisation d'une eau toujours propre et de bonne qualité.
  • Utilisation d'acidifiants dans l'eau de boisson qui permettent généralement de contrôler le problème.
  • Ajout d'iode ou de sulfate de cuivre dans l'eau de boisson, conformément aux instructions figurant sur l'étiquette, qui peuvent s'avérer utile en cas de mycose des cultures (candidose).
Pendulous_Crop.width-500

Articles associés

, by
Retrouvez l'activité ponte de Hendrix Genetics au SPACE

Retrouvez nos équipes au salon du SPACE sur notre stand !

, by
Assurer la santé de votre élevage : nos recommandations

L'aspergillose est une maladie fongique répandue qui affecte principalement le système respiratoire des volailles telles que les poulets, les dindes et, occasionnellement, d'autres espèces …

, by
Recherche de poulaillers de poules reproductrices souche ponte

Nous recherchons pour notre filiale poules pondeuses ISA, des éleveurs, éleveuses, possédant 1 ou 2 bâtiments ponte de poules reproductrices Gallus Gallus filière œufs de consommation.