oeufs.jpg

Publié le 11 Octobre 2019

La qualité de coquille

En raison de la grande diversité d’utilisations des œufs et des demandes des consommateurs, il est très difficile de définir la qualité des œufs selon les normes de chacun.

L'investissement continu dans notre programme de sélection nous a permis d'améliorer la production et la qualité des œufs. Nos équipes sont motivées pour améliorer nos pondeuses via la sélection génétique en utilisant les outils les plus récents de collecte de données et en écoutant attentivement les besoins de la filière œuf.

En tant qu'entreprise de sélection, nous nous concentrons sur un certain nombre de facteurs lorsqu'il s'agit de la qualité des œufs. Quels sont ces facteurs et comment les facteurs environnementaux influent-ils sur la qualité des œufs ?

La grande majorité des œufs commercialisés dans le monde sont vendus en œufs coquille, de sorte que la première impression des consommateurs est basée sur leur perception de la qualité de la coquille. Celle-ci peut être divisée en plusieurs catégories.

Intégrité

La résistance de la coquille d'œuf joue un rôle important, car les œufs plus fragiles sont plus sujets aux fêlures, ce qui peut engendrer des contaminations microbiennes.

La résistance de la coquille est influencée par un large éventail de facteurs :

  • Taille des œufs : en général, les œufs plus petits ont des coquilles plus solides. Malheureusement, les poules ont une capacité limitée à déposer du calcium pendant la formation de la coquille d'œuf et, par conséquent, la même quantité de calcium doit être répartie sur une plus grande surface.
  • L'âge des poules : les jeunes poules ont plus de chance de produire des œufs sans coquille car leurs glandes coquillères ne sont pas encore totalement développées. De plus, elles ont plus tendance à produire des œufs à double jaune pendant les premières semaines de production. À mesure que les œufs grossissent avec l'âge, la résistance de la coquille diminue (voir ci-dessus).
  • Événements stressants : un seul stress pour le troupeau peut suffire à perturber le processus de formation des œufs pendant plusieurs jours. Le stress peut facilement entraîner la formation d'œufs mous, à coquille trop fine, ou déformés. Dans les cas extrêmes, l’œuf peut se casser pendant qu'il est encore dans l'oviducte.
  • Stress dû à la chaleur : les températures élevées à l'intérieur du poulailler réduisent souvent la consommation d'aliment et, par conséquent, l'apport en calcium, ce qui entraîne une quantité insuffisante de calcium disponible pour une bonne formation de la coquille des œufs.
  • Nutrition : une alimentation adéquate en minéraux et vitamines est essentielle pour une bonne qualité de coquille d'œuf, le rôle de l'eau potable dans l'approvisionnement en minéraux et oligo-éléments ne doit pas être négligé. L'alimentation des poules doit être bien équilibrée avec les quantités appropriées de calcium et de phosphore disponible, car ceux-ci sont essentiels à la formation de la coquille de l'œuf.
  • Vitamine D : elle joue un rôle important dans la bonne fixation du calcium et du phosphore. Un manque de vitamine D dans l'alimentation entraîne des coquilles d'œufs et des os plus fragiles.
  • Maladies : la maladie la plus connue qui affecte la qualité de la coquille des œufs est la bronchite infectieuse (BI), causée par un coronavirus qui attaque les muqueuses des systèmes respiratoires et reproducteurs. De plus, l'adénovirus qui cause le syndrome de chute de ponte (EDS) produit des œufs à coquille fine, molle ou sans coquille.
  • Génétique : les héritabilités de la résistance de la coquille sont modérées (h² de l'ordre de 0,25 à 0,35). La force de fracture de la coquille d'œuf est un paramètre important de nos programmes de sélection et la sélection génétique intensive depuis plus d'un demi-siècle a permis aux poules de produire des œufs plus résistants à la casse et de maintenir ces niveaux élevés pendant de longues périodes de production.


Texture

Les coquilles rugueuses, les aspérités, les zones plus friables et les taches sont tous des défauts associés à la texture de la coquille. Les principaux facteurs sont :

  • Maladie : La bronchite infectieuse (BI), la laryngotrachéite infectieuse (ILT) et l'encéphalomyélite aviaire (AE) peuvent être liées à l'apparition de défauts de texture.
  • Génétique : dans notre programme de sélection, nous enregistrons tous ces écarts, bien que les héritabilités soient faibles à modérées, nous faisons des progrès constants avec chaque nouvelle génération.
  • La conduite de troupeau : un approvisionnement en eau inadéquat, des changements soudains dans les programmes d'éclairage, une mauvaise ventilation et des densités de peuplement trop élevées peuvent tous entraîner une incidence plus élevée de défauts de coquille.


Forme

La forme de l'œuf est extrêmement importante car une forme correcte de l'œuf permet une meilleure adaptation dans les boîtes et les plateaux à œufs.

Les principaux facteurs liés aux œufs déformés sont :

  • Maladie : La bronchite infectieuse (BI), le syndrome de chute de ponte (EDS), la grippe aviaire (IA) et la maladie de New Castle (NCD) occasionnent une incidence élevée d'œufs difformes car ils affectent négativement la qualité de l'albumen, tandis que l'albumen et ses membranes environnantes fournissent la structure sur laquelle la coquille est déposée.
  • Stress : la surpopulation, le stress, les mauvaises conditions d'éclairage et les manipulations incorrectes peuvent entraîner des œufs déformés et aplatis.
  • Âge : les jeunes animaux, dont les glandes coquillères sont encore immatures, peuvent produire des œufs déformés.


La coloration

La couleur de la coquille est principalement déterminée par la souche. Les Leghorn produisent des œufs blancs, les Rhode Island Red des œufs bruns et un croisement entre les deux produisent des œufs teintés. En outre, il existe de nombreuses souches particulières qui produisent des œufs marron chocolat, verts ou bleus. Tout facteur qui cause une perturbation affectera la couleur et l'uniformité de la couleur de la coquille de l'œuf. Ces facteurs sont :

  • Le stress : L'épinéphrine, une hormone du stress, retardera la ponte et l'arrêt de la formation des cuticules des glandes coquillères, ce qui peut entraîner la production d'œufs de couleur pâle. Les facteurs de stress peuvent inclure, entre autres, une densité de cage élevée, un bruit fort et la manipulation.
  • Âge de l'oiseau : À mesure que les oiseaux vieillissent, l'intensité du pigment diminue. Cela peut être dû à la diminution de la production de pigment ou à l'augmentation de la surface sur laquelle le pigment disponible est distribué.
  • Maladie : La maladie de New Castle (NCD) et la bronchite infectieuse (BI) sont deux exemples de virus qui affectent l’appareil respiratoire et ses muqueuses. Elles rendent la coquille anormalement mince et pâle.
  • Génétique : la couleur de la coquille est héréditaire, les héritabilités sont modérées à élevées (h² de l'ordre de 0,35 à 0,6). Les objectifs de sélection sont clairs : les œufs blancs sont sélectionnés pour devenir plus blancs, les œufs bruns pour devenir plus foncés et homogènes et pour diminuer autant que possible la chute naturelle de la couleur de la coquille des œufs au fur et à mesure que la poule vieillit.